Résultats & photos des championnats de ligue motocycliste OCCITANIE - Méditerranée - Conception : Cédric & Joel Terrasson



ANNUAIRE
2020




RESULTATS
MOTOCROSS

 

Jean Marie RIEU
LA SAGA DU MOTOCROSS ENTRE RHONE ET PYRÉNÉES
1949
GÉNÈSE
Après la seconde guerre mondiale, les français ont besoin de liberté, la moto est le moyen idéal pour combler ce besoin. L'urbanisme de l'époque ne ressemble en rien à notre troisième millénaire où les lotissements grignotent tous les espaces verts vingt kilomètres à la ronde...
Dans les années 50, chaque ville de la Région possède des terrains vagues à sa porte. Ainsi, chaque ville dispose d'une piste de moto cross: Perpignan, Carcassonne, Béziers, Montpellier (à la place du centre commercial Polygone), Nîmes, etc.
LE PREMIER MOTO CROSS DU MOTO CLUB LEZIGNANAIS
Le moto cross n'était pas réservé uniquement aux grandes métropoles de la Région. Lors d'un salon de motos anciennes à Perpignan, quelle ne fut pas ma surprise en fouillant dans un carton contenant des vieux Moto Revue (unique bible hebdomadaire moto de l'époque), de voir la une d'un numéro daté du 21 janvier 1949 consacrée au premier moto cross de Lézignan Corbières (11). Même le célébrissime moto cross de St Thibéry dont on parlera dans le prochain épisode n'a jamais eu cet honneur ! Le circuit, tracé autour du parc du Château d'eau, n'avait rien à voir avec les pistes actuelles. Les pilotes partaient les uns après les autres. Le vainqueur était celui qui mettait le moins de temps. On associait ainsi pour la première fois la vitesse etle tout-terrain. L'article ne précise pas la longueur du tracé délimité par des piquets mais indique que le narbonnais Peany sur une 500cc (marque non précisée) signe le meilleur temps de la journée : 1'58.

 

 

Tous les autres vainqueurs étaient de Lézignan : Duarte François (125cc-2'05), Lafitte (150cc-2'31), Pech (175cc-2'10), Soulié (250cc-2'15), Soisonne (350cc-2'18). Un classement par villes était même effectué : 1) Lézignan 12 pts - 2) Béziers 4 pts 3) - Carcassonne 3 pts - 4) Narbonne 2 pts. L'article mentionne la performance du correspondant de Moto Revue, M. René Labau, du Motoclub Narbonnais, il boucla le circuit en 2'39 au guidon d'un scooter AGF construit par M. Bertrand de Béziers. A noter sur la photo que notre sympathique correspondant n'a pas ressenti le besoin d'enlever les sacoches....! La légende précise que le concurrent décolle en franchissant la butte. La roue avant se situant à 20 cm du sol. Nous sommes très loin du freestyle actuel. Cette première manifestation organisée dans le cadre de la Foire Exposition des Vins des Corbières et Minervois a connu un succès remarquable (dixit l'article).
 


LA PRESSE D'EPOQUE
Extraits des numéros de Moto revue de l'année 1949
Extraits des numéros de Motocyclisme
de l'année 1949

LA RELIQUE DE M. PUJOL

Restons un instant dans le domaine mécanique.
De nombreuses revues en kiosque ou par abonnement (comme Moto Cross d'Hier) vous décortiquent les motos d'antan qui pesaient 150 kg minimum et dont les suspensions n'avaient rien à voir avec le matériel actuel.
J'ai eu la chance, fin août 2006, d'être invité par M. Hébraud à Laure Minervois (11), pour le passage du Tour de France de motos anciennes.
A cette occasion, les organisateurs avaient mis en place une exposition de motos de cross des années 60 entre autres la Triumph du champion de France 1966 : Franck Lucas et celle de Lucien Campet (vue à Alairac cette année).
Le clou de l'exposition était la moto de M. Pujol, habitant Trèbes (11), qu'il conserve comme une relique, pourtant, les acheteurs ne manquent pas...
Il s'agit d'une moto de 1950 faite main à
base d'un moteur NSU. Il est monté dans un cadre avec suspension de voiture « Traction », un réservoir Peugeot et une selle Indian pour le confort, me précisa l'heureux propriétaire ! Mais ce n'est pas fini. Les tables n'existaient pas à l'époque mais les tremplins commençaient à fleurir. Le pilote n'était jamais sûr de son coup, surtout à la réception ! Pour éviter de s'abîmer les « bijoux de famille », notre inventeur avait fixé un bloc de mousse sur le garde-boue arrière (comme un transat) au cas où il louperait la selle... Quelle ingéniosité ! Il ne me l'a pas dit, mais je pense que cette deuxième selle devait aussi servir, en cas de victoire, pour permettre de faire le tour d'honneur avec la demoiselle qui remettait le bouquet. Enfin, la moto ne disposait pas de kick, il fallait donc pousser pour démarrer. Excellente mise en condition physique avant de savourer la course.
ORGANISATION D'EPOQUE...
En général, les épreuves comprenaient trois catégories 250cc, 350cc et 500cc. Une dizaine de pilotes maximum s'alignait dans chaque catégorie. Les courses se déroulaient au nombre de tours (souvent six), et non au temps.
A St Thibéry, le pointage était effectué par les instituteurs du village avec en tête le directeur de l'école ! Juchés sur une charrette, en chemise blanche et cravate, ils effectuaient le travail avec le sérieux reconnu à la profession.
Dans le programme du 4ème moto cross national de Nîmes (16 mai 1954), on relève les partants régionaux suivants :
- catégorie 250cc : Alvaro (Carcassonne), Aberoux et Lozano (St Thibéry), Font (Roussillon)- un parent de José ?, Belmonte et Escrouzailles (Mons-la -Trivalle), Vedel (Nîmes).
- catégorie 350cc : intitulée GP Coca-Cola (déjà !) Alvaro (Carcassonne), Coll (Roussillon), Aberoux (St Thibéry)
- catégorie 500cc : aucun régional ne figurait dans la liste mais on pouvait relever des noms qui deviendront célèbres par la suite comme Godey ou le suisse Courajod.
Les organisateurs ne manquaient pas d'humour... un peu noir... pour donner des conseils pratiques à l'usage des spectateurs.
Dans le programme du moto cross de Béziers du 24 mai 1953, coincé entre une réclame pour l'entreprise Rémy spécialisée dans les blousons et celle du motociste L'Orb Motos agent Triumph, FN (célèbre moto belge), Panther, René Gillet, on pouvait lire :
  Lorsque la course est commencée, la piste doit être débarrassée.
  Si le public obstrue la piste, pour voir arriver les coureurs, il doit se dire qu'il est pour eux une gêne et que la qualité de la course s'en ressent.
  Aider un coureur en difficultés est un acte de charité stupide puisque ce coureur est automatiquement mis hors course. Le chauvinisme régional n'a pas sa place dans une compétition nationale.
  Les parents qui laissent aller leurs enfants sur la piste les mettent en danger.
  Parce qu'une moto est loin, ne vous croyez pas autorisé à traverser. Elle marche à près de 100 km/h, c'est à dire qu'elle est déjà sur vous.
  Désobéir à un commissaire de piste est une faute grave. C'est vous qu'on enterrera, pas lui.
  En cas d'incident, ne vous précipitez pas sur la piste : les autres motos arrivent, vous transformeriez l'incident en catastrophe.   Et, si vous êtes fatigué de la vie, choisissez un autre genre de suicide. Sans commentaire !!!
     
Ci-contre la moto de cross de la marque francaise Gillet >>>
Ci dessus F.N. cross 1949 (Belgique)

Motocross en Languedoc Roussillon
50 ans d'histoire
Edito - Introduction - 1949 - 1952 - 1970 - 1971 - 1972 - 1973 - 1974 - 1975 -1976 - 1977 - 1978 -1979
1980 - 1981 - 1982 - 1983 - 1984 - 1985 - 1986 - 1987 - 1988 - 1988 CM - 1989 - 1990 - 1991 - 1991 CM
1992 - 1993 - 1993 TM - 1993 CM - 1994 - 1995 - 1996 - 1997 - 1998 - 1999 - 2000

Page d'acceuil du site
joel.terrasson@aliceadsl.fr
www.motolr.com ©2003.2020 - Tous droits réservés
Conception: joel terrasson
MOTOCROSS
en Languedoc Roussillon
50 ans d'histoire
Jean Marie vous raconte les histoires
et anecdotes du motocross dans la région. J'espère que vous aurez autant
de plaisir que moi à lire ses textes
qui sont agrémentés par les images des cinquantes années qui se sont déroulées jusqu'à l'an 2000

MOTOCROSS
INTERNATIONAUX
LANGUEDOC-ROUSSILLON
La saga des MX Inters
entre Rhône et Pyrénées
par Jean Marie RIEU


Ligue motocycliste
OCCITANIE

Nous contacter

Par courrier :
7 Rue André Citroën,
31130 Balma (Siège)

Maison Régionale des Sports
CS 37093
-
Par téléphone :
05 61 23 87 68 (Siège)

Par mail :
siege@lmoc.fr