Résultats & photos des championnats de ligue motocycliste OCCITANIE - Méditerranée - Conception : Cédric & Joel Terrasson



ANNUAIRE
2020




RESULTATS
MOTOCROSS

 

Jean Marie RIEU
LA SAGA DU MOTOCROSS ENTRE RHONE ET PYRÉNÉES

Intro
Le moto cross fut inventé en Angleterre
au début du vingtième siècle (1914)
Les anglais la baptisèrent : Scramble.

En 1914, Alfred Scott, fondateur de la marque Scott va organiser un essai pour les employés locaux de son usine et ses clients. L'itinéraire commence dans un pré que possède l'usine, située dans Shipley, continue par les collines du Yorkshire jusqu'a  l'arrivée chez Bumsall.
Après la première guerre mondiale (1920), cette nouvelle discipline traversa la Manche pour s'exhiber en Belgique et en Hollande. Dans ces deux pays, le Scramble devient « Moto Cross ». 87 ans après, ce sport existe encore et porte toujours le même nom !!!
De 1949 à 1969, le moto cross est le pur reflet de l'intérêt, de la curiosité de l'homme pour un sport qui associe l'effort humain et la mécanique.
Le moto cross a vu le jour en France après la Libération sur les circuits de Montreuil et de Robinson. Pour attirer les spectateurs, le circuit devait présenter, impérativement, la descente aux enfers qui faisait trembler les pilotes et tordre de rire les spectateurs en voyant les pilotes se vautrer après un numéro de haute-voltige. Le public se déplace en nombre (22000 spectateurs à St Thibéry en 1963 !).

Très vite, les comités des fêtes trouvèrent dans le moto cross un bon moyen pour animer le village et garnir les caisses !
La multiplication des épreuves entraîne une augmentation des pratiquants et la création d'une véritable caste des moto cross internationaux. Les pilotes effectuaient une tournée européenne qui leur permettait de bien gagner leur vie.

Le français Robert Klym, vainqueur du moto cross de St Thibéry en 1955 était reparti avec l'équivalant de 1295 € (8500 F).
En plus de la course, les pilotes n'hésitaient pas à faire la fête. Toutes les manifestations se terminaient, le dimanche soir, par le repas et le traditionnel bal de la moto. Les filles du village se faisaient un plaisir d'offrir le bouquet au vainqueur, d'effectuer un tour d'honneur avec lui et de danser avec les pilotes.
Le moto cross va vite sombrer dans un extrême qui frôle l'escroquerie. Les plateaux annoncés dans les épreuves internationales, n'offrent aucun équilibre, contiennent des pilotes de deuxième zone, mais présentés à travers de la publicité mensongère comme de réels champions.
Les courses tiennent plus du cirque que de la vraie compétition. Heureusement que le public était composé à 95 % de badauds, sinon, on aurait, souvent, entendu crier : « Rembourser ! ».
Plus spectacle (il faut relire les articles dans la presse de l'époque, pour en être convaincu) que sport, le moto cross paiera très cher cette vue à court terme qui engraissa des associations dont la finalité était tout autre que le développement du sport motocycliste.
Lorsque le public se détourna de ce sport bruyant, lorsque les contraintes administratives et écologiques sont devenues drastiques, lorsque les budgets sont devenus déficitaires, tous ces comités de fêtes arrêtèrent les moto cross pour organiser des vide-grenier !
Et, ainsi, nous sommes passés de 120 épreuves internationales en 1977 à 30 en 1993, soit une diminution de 75%. Le public se fait de plus en plus rare le dimanche mais paradoxe, il n'y a jamais eu autant de pratiquants : 37 pilotes, toutes catégories confondues, en 1970 contre plus de 200 en 2007.
 
Le moto cross est le plus beau sport pour qui sait l'appprécier. L'anglais Jeff Smith (champion du monde 1964 et 1965 sur BSA) décrit, sa passion, dans son livre « L'art du moto cross » comme suit : « Le moto cross est un art quant il alimente la passion, dépasse l'égoïsme humain pour permettre une grisante chevauchée dans un monde, une ambiance qui ne sont pas encore profanés. Cela devient un art du point de vue esthétique lorsque le pilote, une fois la mécanique maîtrisée, devient un styliste qui franchit en souplesse tous les pièges du terrain et évite la chute à chaque instant. »

L'anglais Jeff Smith champion du monde 1964 & 1965 BSA >>>
 
La ligue du Languedoc Roussillon a été déclarée à la préfecture de Béziers (34) : le 14 mars 1948. Malheureusement, il n'existe pas d'archives sportives. J'ai donc puisé dans ma collection de Moto Revue, dans les archives du moto club de St Thibéry, dans mes archives personnelles concernant la ligue depuis 1970 que je vais vous faire découvrir ou revivre les grandes pages du moto cross régional. Le Languedoc Roussillon regroupe les cinq départements administratifs : Lozère, Gard, Hérault, Aude, Pyrénées Orientales.

Notre région est coincée entre deux ligues monumentales : Midi Pyrénées et Provence.
A tel point que pour un journaliste parisien ce n'est pas évident pour nous situer!!!
Ainsi, Corbère-les-Cabanes est placé en Midi-Pyrénées et Beaucaire, tout le temps, en Provence.
Pourtant, cette ligue moyenne en étendue géographique, moyenne en nombre de clubs et de licenciés, peut se vanter de compter sur ses tablettes deux champions du monde : Jean Michel Bayle (champion de ligue 1985 et du monde en 1988) et Christophe Pourcel (champion ligue 2002 et du monde en 2006.

Le moto cross traverse une crise, on ne peut pas le nier. Les tracasseries administratives se multiplient (dossier en 11 exemplaires à déposer 3 mois avant en préfecture, enquête de voisinage, etc.), judiciaires (les tribunaux n'hésitent plus à poursuivre les bénévoles, les pilotes attaquent les organisateurs dès le moindre pépin, etc.), financières (les budgets sont difficiles à boucler).
 

Je vous rassure, il y a trente sept ans, on parlait déjà de la crise du bénévolat et le moto cross continue d'exister. Pourquoi ? L'ancien président de la ligue Midi Pyrénées, M. André Laur, donnait l'explication dansle programme du moto cross de Pamiers (09) :
« Le moto cross est l'école de la volonté, de la discipline, du courage et de l'engagement. Socialement parlant, il contribue à rapprocher les hommes que la vie professionnelle tendrait à opposer. »
Rien à ajouter !
En route pour un regard dans le rétro d'un demi-siècle...



Page d'acceuil du site
joel.terrasson@aliceadsl.fr
www.motolr.com ©2003.2020 - Tous droits réservés
Conception: joel terrasson
MOTOCROSS
en Languedoc Roussillon
50 ans d'histoire
Jean Marie vous raconte les histoires
et anecdotes du motocross dans la région. J'espère que vous aurez autant
de plaisir que moi à lire ses textes
qui sont agrémentés par les images des cinquantes années qui se sont déroulées jusqu'à l'an 2000

MOTOCROSS
INTERNATIONAUX
LANGUEDOC-ROUSSILLON
La saga des MX Inters
entre Rhône et Pyrénées
par Jean Marie RIEU


Ligue motocycliste
OCCITANIE

Nous contacter

Par courrier :
7 Rue André Citroën,
31130 Balma (Siège)

Maison Régionale des Sports
CS 37093
-
Par téléphone :
05 61 23 87 68 (Siège)

Par mail :
siege@lmoc.fr