Résultats & photos des championnats de ligue motocycliste OCCITANIE - Méditerranée - Conception : Cédric & Joel Terrasson



ANNUAIRE
2020




RESULTATS
MOTOCROSS

 

Jean Marie RIEU
LA SAGA DU MOTOCROSS ENTRE RHONE ET PYRÉNÉES

1993
CHAMPIONNAT DU MONDE 250cc A BEAUCAIRE
Au mois de février, une tempête de neige obligea le moto club de Beaucaire à annuler une partie de la manifestation.
En cette fin avril, une « marinade » a contraint le club à supprimer la troisième manche du Grand Prix de France.
Alors que Saint Roman avait été toujours du côté des organisateurs depuis une vingtaine d'années, il a décidé de ne plus le protéger l'année où il en avait le plus besoin !
Il faut avoir les nerfs bien accrochés pour voir les pluies torrentielles, un vent violent réduire à néant une année de travail. Pour voir la ligne droite du départ transformer en un torrent de boue, la nuit envahir le circuit en... plein jour ! Quel spectacle de désolation offert par les pilotes, ces fantômes cherchant en vain leur trajectoire devant des palissades vides où une poignée d'irréductibles, les pieds dans la boue liquide jusqu'aux chevilles n'hésitait pas à se faire crépir de la tête aux pieds... Dans de telles conditions que penser des deux manches effectuées par les pilotes de la formule 1 du cross, le 250 ?
Le leader du mondial avant ce Grand Prix de France, Greg Albertyn gagna la première manche mais mal parti dans la seconde fut bien courageux de continue après un bref arrêt pour changer ses lunettes, mais il ne rentrera pas dans les points... Le jeune belge Everts sera en définitive très à l'aise dans la boue gardoise, sa victoire dans la deuxième manche lui assure un podium inespéré, et lui redonne le moral pour la suite du mondial.
Le sud africain Albertyn malchanceux en deuxième manche
L'américain Schmit vainqueur du GP
Le plus régulier dans ces conditions épouvantables sera l'officiel Yamaha : Donnie Schmit. Le champion du monde en titre, champion du monde 125 en 1990, connaît bien la piste Saint Roman pour y avoir gagné en 1992. Vainqueur du Grand Prix d'Espagne, il se contenta d'assurer la deuxième place, position qui lui permet d'inscrire ce Grand Prix sur sa carte de visite.
Ce Grand Prix devait être la fête du moto cross, tout avait été prévu pour l'accueil du public, des officiels.
On attendait 10000 spectateurs, ils seront 6000 à braver la pluie et à patauger dans la boue. Dame chance n'a pas voulu sourire au Sud de la France, cette journée sera à oublier rapidement.
Le jury décida de supprimer la troisième manche car les chronométreurs ne lisaient pas les numéros.
Si la FIM n'avait pas imposé un dossard de cycliste mais avait conservé le bon vieux dossard dans le dos, le pointage aurait pu s'effectuer normalement. Cette mesure ne fut pas du goût de tous les membres, notamment du représentant italien Emilio Ostoréro. En effet, Puzar en petite forme en ce début de saison avait trouvé ses marques sur la piste Saint Roman. Vainqueur des Grand Prix de France à Gimont (90), Arbis (91), Alexandro avait l'ambition d'améliorer sa seizième place après quatre Grand Prix et surtout de justifier le proverbe : « Jamais deux sans trois ! ».
Dans quelques années, on se souviendra de ces spectateurs maculés de boue, accueillis dans la salle à manger, au coin de la cheminée, pour assister à la remise des prix intime aux héros de la journée...
LE SAVIEZ-VOUS ? LE SAVIEZ-VOUS ? LE SAVIEZ-VOUS ? LE SAVIEZ-VOUS ? LE SAVIEZ-VOUS ?

QUALIFICATIONS
L'américain Manneh signe le meilleur temps du groupe A 2'44''24 et l'africain du Sud Albertyn celui du groupe B 2'48''00. Cinq français passent l'étape des qualifications : Cailly, Kervella, Belval, Guédard, Obélisco.

Les japonais Takagi Takamasa et Motoki Tatsuyuki

ESSAIS CHRONOS
Everts (cinquième temps du groupe A) réalise le meilleur temps (2'47''60) et laisse le second, l'anglais Nicoll à plus d'une seconde et le belge Bervoets à une seconde trente.

PREMIERE MANCHE 
Dans des conditions apocalyptiques, le sud africain Albertyn surfera sur les difficultés de la piste Saint Roman. Il dominera l'américain Schmit et l'anglais Nicoll. Le belge Everts, cinquième, ne cherchera même à attaquer l'italien Puzar, il assurera au maximum. Le suédois Johansson, douzième et dernier pilote à terminer dans le tour du vainqueur, affichera trois minutes de retard ! Sans commentaire. Le meilleur français sera Belval : septième.

DEUXIEME MANCHE
La pluie redouble violence et Puzar sort en-tête du peloton dès la grille tombée. Mais dès la fin du premier tour, Everts le double et ne sera pas inquiété. Les chronométreurs ne lisant plus les numéros, le directeur de course arrête la course cinq minutes et deux tours avant le terme. Il faut savoir qu'en vingt-cinq minutes, Everts a bouclé cinq tours ! Schmit rentre second et devance Puzar. Le meilleur français sera encore Belval.
Le fait d'interrompre la course au drapeau rouge entraîne un classement au tour précédent. Dommage pour Jérôme dans le tour du rouge, il avait doublé deux pilotes, il était douzième, il sera classé quatorzième !
La troisième manche sera annulée.
RESULTATS
1) Schmit (USA-Yam) 2/2 - 2) Everts (B-Suzu) 5/1 - 3) Puzar (I-Yam) 4/3 - 4) Bervoets (B-Kawa) 9/4 - 5) Albertyn (SA-Hon) 1/DNF - 12) Belval (F-Yam) 7/14.
Podium du GP : Éverts (2) Schmit (1) Puzar (3)
ARMEE
A chaque portillon, se trouvait un militaire de la garnison de Tarascon. C'est une femme sergent qui commandait tous ces hommes ! Parmi eux, un catalan crossman Olivier Alban tout heureux de pouvoir suivre le Grand Prix dans des conditions privilégiées !

Les patissiers et la moto en nougatine

CHEF D'OEUVRE
Les patissiers de l'armée de terre basés à Tarascon réalisèrent un véritable chef d'oeuvre en façonnant avec de la nougatine une moto de cross. Ils ont eu un succés retentissant auprès des invités de la soirée.
GAFFE
Grosse gaffe du club organisateur : il a oublié le drapeau luxembourgeois ! Le délégué me le fit remarquer gentiment et me fit observer que le pilote Sweebe se prononçait « Suibe » et non « Chuebe ». Cette dernière prononciation fait « Oignon » en allemand !!!

Motocross en Languedoc Roussillon
50 ans d'histoire
Edito - Introduction - 1949 - 1952 - 1970 - 1971 - 1972 - 1973 - 1974 - 1975 -1976 - 1977 - 1978 -1979
1980 - 1981 - 1982 - 1983 - 1984 - 1985 - 1986 - 1987 - 1988 - 1988 CM - 1989 - 1990 - 1991 - 1991 CM
1992 - 1993 - 1993 TM - 1993 CM - 1994 - 1995 - 1996 - 1997 - 1998 - 1999 - 2000

Page d'acceuil du site
joel.terrasson@aliceadsl.fr
www.motolr.com ©2003.2020 - Tous droits réservés
Conception: joel terrasson
MOTOCROSS
en Languedoc Roussillon
50 ans d'histoire
Jean Marie vous raconte les histoires
et anecdotes du motocross dans la région. J'espère que vous aurez autant
de plaisir que moi à lire ses textes
qui sont agrémentés par les images des cinquantes années qui se sont déroulées jusqu'à l'an 2000

MOTOCROSS
INTERNATIONAUX
LANGUEDOC-ROUSSILLON
La saga des MX Inters
entre Rhône et Pyrénées
par Jean Marie RIEU


Ligue motocycliste
OCCITANIE

Nous contacter

Par courrier :
7 Rue André Citroën,
31130 Balma (Siège)

Maison Régionale des Sports
CS 37093
-
Par téléphone :
05 61 23 87 68 (Siège)

Par mail :
siege@lmoc.fr